Saint-Eustache : la bâche qui fâche ?

Effigie géante de Teddy Riner, chaussures de sport ou smartphone : depuis deux mois, pendant ses travaux de rénovation, le transept de l’église Saint-Eustache voit se succéder des bâches publicitaires géantes. Choqués, amusés, enthousiastes ou indifférents ?
Les passants et les habitants du quartier ont tous leur opinion ! La Ville de Paris, en charge de l’entretien de l’édifice, a pris cette initiative qui concerne également les églises Saint-Augustin et de la Madeleine. On ne verra pas n’importe quelle publicité géante sur leurs façades : les annonceurs et les visuels doivent être approuvés par la paroisse concernée, le diocèse, le maire d’arrondissement, et le premier adjoint à la Maire de Paris chargé du patrimoine. George Nicholson, curé de Saint-Eustache, y est tout à fait favorable. Il faut dire qu’une partie des recettes de l’afficheur, estimée à 750 000€, contribuera directement au financement des travaux qui se montent au total à 2,7 M€ et devraient durer jusqu’à la fin 2018.

Clôture de la 3ème Conférence du Réseau Européen "Vivre la Ville!"

Dimanche matin a pris fin la Troisième Conférence de Vivre la Ville Europe qui a réuni à Madrid les associations des résidents des centres historiques de plus de 80 villes espagnoles d’Andalousie, d‘Asturie, des Baléares, de Castille-La Mancha, de Castille et Leon, de Valence, de Galice, de Madrid, du Pays Basque et la Rioja, et aussi d’autres pays européens comme la Belgique, la France, l’Italie et le Portugal, sous l’égide de la Plateforme des Associations du Centre de Madrid qui en a été l’organisateur cette année.
Divers intervenants ont pris la parole, de l’Union Européenne, du groupe Ecologistes en action, des universités de Turin et du pays Basque ainsi que d’autres leaders d’opinion et des représentants de la Ville de Madrid.
De plus, des groupes de travail se sont mis en place pour analyser en profondeur les questions essentielles à tous les résidents des centres urbains.
Le résultat de cette conférence a permis de confirmer les nombreux problèmes communs aux centres historiques des villes et des pays participants, et de considérer les diverses solutions déjà apportées en Europe à ces problèmes.
Cette conférence a également permis de donner de la visibilité à une réalité qui porte préjudice à nos villes et qui est souvent occultée par les stratègies de communication face aux investisseurs potentiels.
L’objectif de cette plateforme est de pousser les institutions locales, nationales et européennes à protéger les résidents des centres historiques, car il s’agit d’un patrimoine social et culturel de grande valeur, qui est cependant en passe de devenir un parc d’attraction, de tourisme massif, de gentrification et de loisir nocturne, sous le prétexte fallacieux et insoutenable d’activité économique et création d’emplois.Oubliant au passage que nous sommes tous des travailleurs et faisons tous partie du système économique et de production.
Le produit du travail de ces 2 journées sera, comme ce fut le cas lors des deux précédentes rencontres, d’élaborer dans les prochaines semaines un document comportant les conclusions et les stratégies qui serviront de guide à un travail commun de défense des intérêts de la collectivité.
-
Chueca Neighborhood Association
AVChueca

Le réseau "Vivre la Ville !" s'étend aux Pays bas. Les deuxièmes assises européennes se tiendront à Madrid les 25 et 26 mars

Les troisièmes rencontres européennes  du Réseau Vivre La Ville , qui sont publiques,  se tiendront cette années à Madrid les 25 et 26 mars prochain (les deux précédentes réunions se sont tenues à Paris)

Le Réseau Vivre Paris qui compte environ 30 associations parisiennes dont Accomplir(18 arrondissements représentés) a d'abord été rejoint par des associations de nombreuses villes françaises pour former le Réseau Vivre La Ville, , puis par des associations de plusieurs villes européennes, la dernière étant une association d'Amsterdam (composée de 3 200 membres)

Toutes ces associations ont pour but de lutter contre les nuisances subies par les habitants des villes, surtout les centres villes, et de défendre le droit de pouvoir circuler librement sur le trottoir et pouvoir dormir la nuit

Les informations relatives à cette réunion (en espagnol) sont en ligne sur le site de 'l'Association de Vecinos de Chueca (AVChueca)

Nous pouvons toutefois vous adresser les grandes lignes du programme en Français

Piétonisation des voies sur berges : le point sur la controverse

A Paris, la fermeture des voies sur berges entraine mécaniquement une augmentation du trafic sur les voies et rues qui bordent les quais de la Seine.
La Mairie de Paris et la Région ne sont pas d’accord sur l’impact de la piétonisation des voies en matière de trafic, de temps de parcours et de pollution. La Région affirme que les bouchons et les nuisances sonores augmentent et la pollution de l’air s’aggrave. De son côté, la Mairie de Paris note une réduction du trafic sur les principaux axes de report et constate que le temps de parcours et inférieur à celui prévu par l’étude d’impact.
Sur l’évolution entre septembre 2015 et septembre 2016, la Mairie notait un allongement de 39 % du temps de trajet sur les quais haut le soir, alors que la Région affichait une augmentation de 74 % !
Il est très étonnant d’aboutir à des résultats si divergents à partir de mesures issues de données similaires. En effet, celles concernant le trafic proviennent de mêmes capteurs électromagnétiques. Ce qui impliquerait que la Mairie de Paris et la Région ne calculent pas et surtout ne présentent pas les mêmes choses. Ces divergences méthodologiques entravent la comparaison et ne permettent pas aux parisiens d’avoir un avis tranché sur la question.
La Région concentre ses attaques avant tout sur la qualité de l’air. Elle constate plus de pollution, contrairement à la Mairie de Paris qui affirme que la fermeture des voies sur berges a entrainé l’amélioration de la qualité de l’air.
Avouons qu’il y a de quoi être perdu au milieu de cette guerre des chiffres. Le rapport complet de la première campagne comprenant l’interprétation de l’ensemble des résultats sera publié en mars 2017. Mais le rapport final de l’étude intégrant la deuxième campagne de mesure en période estivale et la comparaison entre ces deux campagnes ne sera connu qu’en septembre… Sans attendre, nous lançons un appel à témoins : riverains, usagers, faites nous part de votre témoignage : nous suivrons attentivement ce dossier et confronterons les données publiées aux expériences vécues.

Terrasses chauffées aux Halles : un bilan carboné

Accomplir a procédé à un recensement des terrasses chauffées du quartier des halles, fermées ou non. Il est ressorti de cette étude systématique des rues Saint-Denis, Pierre Lescot, du Cygne, de la Ferronnerie et Rambuteau, que près des trois-quarts des terrasses du quartier sont chauffées. Et il est édifiant d’apprendre que le bilan carbone d’une terrasse équipée de quatre parasols (ou braseros) au gaz allumés pendant huit heures équivaudrait à celui d’un trajet de 350 km en voiture… Et pour ceux qui pensaient que l’électrique serait la solution, le chauffage électrique émettrait 500 à 600 g de CO2 par kilowattheure contre 234 g pour le chauffage au gaz naturel. Conclusion : privilégiez l’intérieur des établissements, ou couvrez-vous et choisissez une terrasse non polluante !

La fondation Pinault s’installe aux Halles !

Désertée par la chambre de commerce de Paris, la Bourse de Commerce abritera, fin 2018, la Fondation Pinault, consacrée à l’art contemporain. La fondation, déjà installée à Venise, a obtenu une concession pour occuper cet espace pour 50 ans.
C’est donc une nouvelle page pour ce lieu chargé d’histoire, idéalement situé en bordure du jardin et à mi-chemin entre le Louvre et le Centre Pompidou. A l’origine à cet emplacement se trouvait l’hôtel de Soissons (début du XIIIs) appartenant à Jean II de Nesles. Pendant des années l’hôtel passait de main en main et abritait même, en 1498, un « couvent des filles repenties ». A partir de 1572, Catherine de Médicis en a pris possession et a entamé d’importants travaux. Elle a notamment fait édifier la colonne astronomique cannelée qui existe encore aujourd’hui. En 1718 Victor Amédée de Savoie a reçu l’édifice en héritage et y a établi en 1720 la Bourse de Paris. Ruiné, il a dû vendre la propriété qui a été rachetée par le prévôt de Paris. La colonne a été vendue séparément à Louis Petit de Bachaumont qui en a fait don à la Ville de Paris. La Bourse a abrité ensuite la halle aux blés qui, avec la baisse de son activité, a été fermée en 1873 et le bâtiment a été attribué à la Chambre de Commerce en 1885, pour être converti en Bourse de commerce. Avec l’informatisation des marchés à terme, l’activité boursière de marchandises a pris fin, et le bâtiment a longtemps vivoté, en tournant le dos au jardin. La coupole et le décor sont classés monument historique depuis 1986.
Les travaux d’aménagement commenceront début 2017 pour une ouverture prévue fin 2018. La fondation Pinault entend y proposer « une programmation pluridisciplinaire, avec de nombreuses expériences à la croisée des arts ».
Nous saluons cette initiative, qui va apporter un bel équipement culturel, en espérant que celui-ci saura aussi se tourner vers les publics du quartier

Voirie des halles : une réfection au rabais…

La ville de Paris a présenté, à l’occasion d’une réunion publique qui s’est tenue le 2 février dernier, ses projets concernant la voirie autour des Halles.
Fortement endommagées par les travaux du chantier de la Canopée et par une absence d’entretien depuis plusieurs années, toutes les rues du périmètre inclus entre le boulevard de Sébastopol et la rue du Louvre, et entre la rue Etienne Marcel et la rue de Rivoli, ont un grand besoin de réfection.
Après avoir dépensé un milliard pour la rénovation, nous avons appris avec déception que la Ville de Paris avait revu à la baisse le budget qu’elle compte consacrer à refaire les sols compris dans le périmètre du projet : il est passé de 28 millions d’euros à 19 millions. Autre déception : ces travaux vont s’étaler jusqu’en 2019, soit encore 2 ans et demi de chantier dans notre quartier. Enfin, troisième déception : compte tenu du budget réduit, certaines rues ne seront pas refaites.
Les plus : La rue de Turbigo, qui est devenue un no-man’s-land depuis le début des travaux, la jardinière St Eustache, qui constitue un dédale d’escalier et le “plateau” saint Eustache qui voit passer quotidiennement 300.000 piétons seront refaits et des arbres seront plantés. Il en sera de même pour la rue Saint Denis et la plupart des rues alentour.
Les interrogations : Le choix des matériaux, mélange d’asphalte et de pierre et moins coûteux que les petits pavés qui entourent la Canopée, détonnera avec l’unité qui aurait pu être créée.
Les sens de circulation de la rue des Halles et de la rue du Pont Neuf seront inversés afin de réduire la place de la voiture et de favoriser les cheminements piétons, notamment par la création d’un plateau piétonnier de 8m de large rue des Halles. On peut néanmoins craindre que cet espace reconquis soit très rapidement envahi par les terrasses… et que l’éviction des voitures ne se fasse que par un report sur d’autres rues qui, elles, seront encombrées.
Les moins : Le passage des Lingères demeure le grand oublié de ces travaux. Rien n’est prévu pour son aménagement, alors que l’on peut anticiper une forte fréquentation du fait de la nouvelle sortie de métro place Marguerite de Navarre. Il en est de même pour le bout de la rue du Cygne et le bout de la rue Berger, côté Sébastopol, ainsi que la rue Saint Honoré. Ce sera également le cas pour la rue Etienne Marcel, le haut de la rue Turbigo au niveau du métro, où rien n’est prévu.
On notera d’ailleurs que les futurs “flux” piétons en provenance et vers la Samaritaine, la fondation Pinault ou la poste du Louvre n’ont pas été anticipés.
Enfin, aucun dispositif de contrôle d’accès n’est prévu. Comment croire que le statut “piétonnier” sera respecté ?
Au total, nous regrettons le manque de moyens consacrés à ces travaux censés améliorer notre cadre de vie, le manque d’ambition concernant l’aménagement urbain et l’absence d’action volontariste pour faire respecter le caractère piéton de l’espace public, qu’il s’agisse de rues qui servent régulièrement au stationnement la nuit, ou de trottoirs envahis par les terrasses…
Le diaporama de la réunion est disponible sur notre site, et Accomplir suivra attentivement le déroulement de ces travaux.

 

32ème vide-greniers des Halles

Le 32ème vide-greniers des Halles organisé par l'Association Accomplir aura lieu le samedi 10 juin 2017 de 9h00 à 18h30. Il se tiendra place René Cassin et rue Rambuteau, le long de l'église Saint-Eustache.

Pour exposer sur ce vide-greniers il faut impérativement remplir deux conditions : être un particulier et habiter un des quatre premiers arrondissements de Paris.

Le prix du stand de 2m : 20€.

Les inscriptions se feront le samedi 3 juin 2017 de 10h à 12h place René Cassin le long de l'église Saint-Eustache. Inutile de téléphoner ou de nous écrire. Merci de votre compréhension.

Les documents à télécharger :
-le bulletin d'inscription et le règlement
le plan
l'affiche

La Lettre d'Accomplir n°104

lettre-104-siteLa Lettre n°104 du mois d'octobre 2016 est parue. Au sommaire :

  • Réunion de réflexion le 19 novembre sur les projets à venir
  • Informations sur le chantier des Halles
  • Le regroupement des 4 premiers arrondissements
  • La piétonnisation des voies sur berge
  • Les terrasses de café

La Lettre d'Accomplir n°103

La Lettre n°103 du mois de septembre 2016 est parue.

  • La bibliothèque Canopée la fontaine
  • Sortie du Jour : sottise du jour
  • 31ème vide-greniers des Halles le samedi 1er octobre
  • L’Art et Le Chat au Musée en Herbe
  • La cascade fait couler... beaucoup d'encre
  • L'agenda

A noter que la version en ligne est interactive (liens cliquables).

Vous abonner à la Lettre d'Accomplir. Vous la recevrez par mail à chaque parution.

Consulter les anciens numéros de la Lettre.

Les abords de l'école Etienne Marcel sécurisés

Depuis février 2015 les parents d'élèves de l'école Etienne Marcel (primaire et maternelle) demandaient la modification de la gestion des différentes traversées des rues Turbigo et Etienne Marcel. De nombreux parents craignaient pour la sécurité de leurs enfants… et la leur. (voir notre article)
L'Association Accomplir a été saisie en avril 2016 par les parents d'élèves qui nous ont expliqué sur place les différents problèmes. Une réunion a eu lieu le 13 mai en présence notamment de Mme Olivia Hicks, adjointe chargée de la vie scolaire, de deux agents de la Direction de la Voirie (DVD) et des Déplacements et de la Direction des Transports et de la Protection du Public (DTPP), de deux parents d'élèves et de deux membres d'Accomplir.
C'est avec satisfaction que nous avons pu constater que des mesures visant a sécuriser les différents passages pour piétons ont été prises. Deux "points-écoles" sécurisent la traversée de la rue Etienne Marcel (feux décalés) et un "point-école" sécurise la traversée Turbigo côté 1er (voir photo). L'Association Accomplir remercie la mairie du 2ème arrondissement ainsi que les différents services compétents pour la mise en place de ce dispositif.
Une parent d'élève nous a écrit : "Les parents, enfants, riverains, piétons ont eu le plaisir de découvrir à la rentrée que le point école tant espéré avait été créé à l'angle Turbigo / Étienne Marcel. Merci à Accomplir pour son soutien décisif dans cette démarche. Merci aux mairies. Merci aux agents de la DTPP, et un dernier merci à Monsieur D., qui en plus de nous faire traverser, nous enchante tous les matins de son grand sourire.
Bonne rentrée !
"

31ème vide-greniers des Halles

Le 31ème vide-greniers des Halles organisé par l'Association Accomplir aura lieu le samedi 1er octobre 2016 de 9h00 à 18h30. Il se tiendra place René Cassin et rue Rambuteau, le long de l'église Saint-Eustache.

Pour exposer sur ce vide-greniers il faut impérativement remplir deux conditions : être un particulier et habiter un des quatre premiers arrondissements de Paris.

Le prix du stand de 2m : 20€ et 15€ pour les membres d'Accomplir à jour de leur cotisation.

Les inscriptions se feront le samedi 24 septembre 2016 de 10h à 12h place René Cassin le long de l'église Saint-Eustache. Inutile de téléphoner ou de nous écrire. Merci de votre compréhension.

Les documents à télécharger :
- le bulletin d'inscription et le règlement
- le plan
- l'affiche

La cascade fait couler... beaucoup d'encre

La cascade qui est censée se déverser du toit et tomber bien droit dans les bacs prévus à cet effet entre les volées de marches semblent poser bien des difficultés à ses concepteurs. Elle est bruyante, gênant ainsi les riverains, et elle éclabousse les marches... et les passants.
Lors des réunions de concertation, l'Association Accomplir a maintes fois abordé la question de la cascade, posé des questions, souligné que l'endroit était particulièrement venteux. Les concepteurs nous ont traités avec dédain. Tout avait été calculé, simulé par ordinateur : l'eau irait exactement où les concepteurs avaient décidé qu'elle tomberait. Des palissades et une reprise des travaux semblent indiquer qu'ils avaient tort et que nous avions raison.
Lire également l'article du Parisien du 30 août.

L’Art et Le Chat au Musée en Herbe

L’exposition L’Art et Le Chat du Musée en Herbe présente «nez à nez» une trentaine d’œuvres emblématiques de l’Histoire de l’Art et l’interprétation qu’en fait Le Chat de Geluck.
Le Matou philosophe rend hommage à Basquiat, Boudin, César, Keith Haring, Klein, Soulages, Vasarely, Warhol... et bien d’autres. Les visiteurs peuvent admirer trente chefs-d’œuvre de l’Antiquité à nos jours prêtés par plusieurs musées, galeries et collectionneurs, et s’amuser devant autant d’hommages amicaux et admiratifs du matou pince-sans-rire et de son maître talentueux.
À la fois initiation à l’Histoire de l’Art, réflexion humoristique sur les œuvres et découverte d’une facette récente du travail de Geluck, cette exposition, conçue pour les 3 à 103 ans, rallie l’enthousiasme des jeunes, des amateurs d’Art et les fidèles admirateurs du Chat. Du fait de son succès, l'exposition est prolongée jusqu'au 2 janvier 2017. (voir article du Parisien)
Le Musée en Herbe, 23, rue de l'Arbre-Sec, 75001 Paris

Sortie du Jour : sottise du jour

Si vous aimez l’effort physique inutile, nous vous recommandons vivement d’aller expérimenter ce qu’est devenue la Porte du Jour du Forum des Halles !
Vous vous souvenez sûrement de cet accès “en coquille” et en pente douce, semi-enterré, qui permettait d’accéder dans le Forum (voir une photo d’époque pour mémoire).
Si vous empruntez dans le sens “sortie” cette porte qui a été refaite dans le cadre du chantier du jardin, quelle ne sera pas votre surprise : la volée d’escaliers est beaucoup plus longue (et haute) qu’avant. Elle est plus raide aussi. Ce qui ne poserait pas trop de problème si les escalators fonctionnaient. Ce qui n’est pas le cas (quelle surprise !).
Mais surtout, l’effort n’a qu’une utilité modérée, puisqu’une fois en haut, on se retrouve sur une espèce de promontoire et il faut redescendre une bonne dizaine de marches ! En fait, la sortie a été “surélevée” pour correspondre au dénivelé faussement plat du jardin, qui est désormais sur une sorte de plateforme. Comme il fallait rattraper le niveau de la rue Coquillère, et bien il faut des marches. Voir notre galerie photos qui donnent une idée de cette ineptie.
Il n’y avait pas besoin de créer un “Parkour Centr’Halles Park” : les escaliers inutiles de la Porte du Jour vous font faire de l’exercice…
Quand aux Personnes à mobilité réduite, nous supposons qu'elles n’auront qu’à aller ailleurs… D’ailleurs, il serait intéressant d’entendre les explications des “concepteurs” de cette porte, qui sont les mêmes qui disaient qu’on ne pouvait pas faire une traversée nord-sud, qui discriminerait les personnes à mobilité réduite…

IMG 5997
« 1 de 6 »

Chansons avec les Bachiques Bouzouks

Les Bachiques Bouzouks sont un petit groupe d'amoureux de la chanson qui se donnent rendez-vous depuis 1995 dans les rues et les kiosques de Paris, selon un principe simple : les "Piliers" des Bachiques Bouzouks, qui comprennent 3 musiciens (une accordéoniste, un banjoïste, un contrebassiste) et 8 chanteurs, prêtent des livrets de paroles à tous ceux qui viennent au rendez-vous ou qui passent par là et ont envie de pousser la chansonnette.
Le répertoire comprend essentiellement des chansons françaises mais aussi quelques chansons "européennes", la règle de base du répertoire étant de choisir des chansons dont tout le monde connaît au moins un peu l'air et que chacun peut apprendre en très peu de temps s'il a les paroles sous les yeux.
Le format est toujours le même, deux ou trois heures de chansons non stop et une prestation entièrement gratuite et ouverte à tous, même ceux qui ne sont pas tout à fait sûrs de chanter juste : les timides sont portés par le nombre et repartent tout heureux d'avoir découvert le bonheur de chanter ensemble.

Prochaines dates :
- Samedi 3 septembre, de 15h00 à 18h00, kiosque du Parc Montsouris
- Samedi 1er octobre, de 15h00 à 18h00, kiosque à musique du Jardin du Luxembourg

Marquage au sol place René Cassin

L'Association Accomplir présente ses excuses auprès des habitants du quartier et des service de la propreté pour les traces de marquage au sol suite à notre dernier vide-greniers. Les années précédentes nous avions utilisé de la bombe à la craie qui s'efface au bout de quelques jours. Pour la dernière édition nous avons utilisé des bombes en vente chez Leroy-Merlin qui sont censées s'effacer au bout de six jours. Or six semaines plus tard les marques étaient toujours visibles.
Une équipe de cinq volontaires s'est mobilisée le dimanche 17 juillet de 10h à 12h30 pour nettoyer la place: Valérie, Barbara, Bernard, Denis (parti au moment où nous avons fait la photo) et Gilles. 20 litres d’acétone, de l’eau de Javel, de la lessive Saint-Marc et beaucoup d’huile de coude sont venus à bout des marques au sol.
Pour notre 31ème vide-greniers nous serons plus regardants sur le choix des bombes de marquage !