Une bulle commerciale au centre de Paris ?

La « Canopée » génère-t-elle une sorte de ressac commercial dans son environnement proche ? Si le Forum des Halles a su, une nouvelle fois et après de longues années de travaux, attirer des enseignes populaires et des marques internationales, la situation des commerces du centre de Paris semble beaucoup plus contrastée. Vous êtes plusieurs à vous être étonnés de la
vacance de plusieurs surfaces commerciales rue de Rivoli, rue du Louvre, rue Etienne Marcel… et à vous inquiéter de la disparition de commerces de proximité. Dans une étude parue fin 2016, l’Atelier Parisien d’Urbanisme  (APUR) confirme une progression du nombre de surfaces vides au niveau parisien avec près de 600 locaux vacants, soit un taux de vacance de 9%, en progression de 4,36 %. Pour la seule rue de Rivoli, l’APUR recense 7 nouvelles surfaces vacantes au cours de la dernière année. Mais surtout, la vacance commerciale s’enracine, plus de 56 % des commerces vacants en 2015 l’étaient encore en 2016. Concernant les zones « à forte attractivité » (le quartier des Halles en fait partie), trois secteurs d’activité sont plus particulièrement touchés : les agences et services (banques, téléphonie, agences de voyages, agences d’intérim…), les magasins de décoration de la maison, en baisse depuis huit années consécutives, et les commerces d’habillement, qui en outre connaissent une forte rotation. Si la baisse observée concernant les services peut s’expliquer par de nouveaux modes de consommation (transactions sur Internet), d’autres phénomènes sont probablement à l’oeuvre : le déport de certaines enseignes qui ont rejoint le Forum des Halles à la suite de la rénovation, une forte concentration de commerces qui renforce la concurrence, un environnement dégradé par des chantiers longs, qui pèsent sur l’attractivité et enfin la progression des loyers, notamment par l’effet d’aubaine qu’a pu constituer la qualification comme « zone touristique internationale (ZTI) » qui a introduit la possibilité d’ouvrir le dimanche, et donc augmenter le potentiel pour certains types de commerces. On peut dès lors s’interroger sur l’impact qu’auront, dans les prochaines années, l’ouverture de nouvelles surfaces conséquentes dans l’ancienne Samaritaine, à la Poste du Louvre ou au Louvre des Antiquaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.