Foire à la ferraille

Les images parlent d'elles-mêmes. La Canopée et ses 7000 tonnes de ferraille face à la verrière de la gare de Lyon ou celle de la gare centrale de Berlin ou bien encore celle du Grand Palais. Cherchez l'erreur !


La Canopée

La Gare de Paris-Lyon, hall 2

La gare centrale de Berlin

Le Grand Palais

3 réflexions au sujet de « Foire à la ferraille »

  1. Je lis dans le Parisien de ce jour ces propos de Berger, architecte de la Canopée : « Un concours d’architecture, ce n’est pas une esquisse que l’on agrandit à la photocopieuse et que l’on réalise in situ. Petit à petit, le projet s’affine, il y a des modifications. » Il semble avoir une étonnante compréhension du verbe "s'affiner". D'une feuille légère, transparente à cet enchevêtrement de poutrelles on ne peut pas dire que son projet se soit affiné.

  2. Tout à fait d'accord avec vos commentaires sur l'aspect disgracieux et opaque de la canopée des Halles. Vos contre-exemples sont bien choisis, et je vous en suggère un autre : la canopée de la gare TGV de Liège-Guillemins en Belgique. Magnifique, aérienne, ouverte sur le centre ville, une référence en Europe, tout ce qu'on aurait voulu pour les Halles... et ce d'autant plus qu'il s'agit d'une réussite à laquelle la France a été étroitement liée grâce à la Société Vallourec, qui a fourni les tubes acier de haute résistance permettant une telle grâce.

    Plus de détails ici: http://brasero.kazeo.com/la-gare-de-liege-guillemins-a121804442

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.